En termes modernes, nous pouvons distinguer bourgeoisie et grande bourgeoise, et rattacher la première à des intérêts qui sont, pour l'essentiel, circonscrits à la sphère nationale, tandis que la seconde trouve sa dimension spécifique dans sa capacité à savoir et pouvoir jouer sur les équilibres et les déséquilibres internationaux.

     Voltaire est ainsi un véritable héros de la grande bourgeoisie (internationale) en ce qu'il a été, par son courage physique (dont on ne souligne pas assez l'importance), et par son aptitude à une dépravation d'un caractère spécifique - qu'aujourd'hui on pourrait qualifier d'(anti)-patriotique - un pionnier de l'au-delà des frontières.

     Sa passion pour cette gymnastique de caractère international débouchait très naturellement chez lui sur une quantification qui devait lui permettre d'en vérifier la pertinence. Pour chaque changement de camp, il anticipait les possibilités de gain, et ne lâchait pas prise avant d'être parvenu à ses fins.

     C'est ainsi que, dans les derniers jours du mois d'août 1725 - il n'avait alors que 31 ans -, nous le voyons rejoindre à Fontainebleau la cour de la jeune reine Marie Leszczynska, puis recevoir de celle-ci au début du mois de novembre une pension de quinze cents livres (soit un versement annuel de l’équivalent de 7,5 années de travail pour un manouvrier), alors qu'entre-temps, c'est-à-dire le 6 octobre 1725, il avait osé écrire une lettre dans laquelle il offrait de trahir le roi Très-Chrétien Louis XV au profit de son pire ennemi, le réformé George Ier, roi de Grande-Bretagne et d’Irlande :
     
« Il y a longtemps que je me regarde comme un des sujets de Votre Majesté. J’ose implorer sa protection pour un de mes ouvrages. C’est un poème épique dont le sujet est Henri IV, le meilleur de nos rois. La ressemblance que le titre de père de ses peuples lui donne avec vous, m’autorise à m’adresser à Votre Majesté. J’ai été forcé de parler de la politique de Rome, et des intrigues des moines. J’ai respecté la religion réformée ; j’ai loué l’illustre Élisabeth d’Angleterre. J’ai parlé dans mon ouvrage avec liberté, et avec vérité. Vous êtes, Sire, le protecteur de l’une et de l’autre ; et j’ose me flatter que vous m’accorderez votre royale protection pour faire imprimer dans vos États un ouvrage qui doit vous intéresser, puisqu’il est l’éloge de la vertu. »

     Déjà, Voltaire n'est plus sujet du roi de France... Son poème est en effet destiné à monter en épingle l'ex-réformé, et catholique d'occasion, Henri de Navarre par ailleurs auteur de l'édit de Nantes (1598) que le roi Très-Chrétien Louis XIV avait révoqué en 1685... Bien fait pour séduire le roi d'Angleterre, ce poème réunit bravement les intrigues des moines (Rome), d'un côté, et de l'autre le respect pour la religion réformée...

     Passé en Angleterre, Voltaire va bientôt y vendre, en souscription et dans une édition luxueuse, cette petite bombe diplomatique qui rassemblera autour de lui non seulement le roi, mais, ainsi que le rapporte son biographe René Pomeau, l’essentiel du "corps diplomatique de l’Europe protestante : ambassadeurs d’Angleterre en exercice ou en retraite, envoyés à Londres de la Hollande, du Danemark, du Brunswick, de la Suède. Apparemment Voltaire avait choisi son camp, qui n’était pas celui du roi très-chrétien. L’ambassade française à Londres était restée à l’écart."

     Quant au prix de cette trahison magistrale, les évaluations des contemporains oscillent, nous dit-on, entre 30 000 et 150 000 livres (de 150 à 750 années de travail !...)

     Il y aura ensuite quelques années de roucoulade auprès de Louis XV, jusqu'au délire poétique à propos de la victoire de Fontenoy, puis la trahison en faveur du roi Frédéric de Prusse, que suivra très rapidement la trahison en sens inverse, l'accueil par la ville de Genève, mais bientôt la mise en jeu, à travers quelques manoeuvres auprès du duc de Choiseul, des intérêts fondamentaux de celle-ci, etc...

    En chacune de ces occasions, Voltaire ramasse le gros lot, leçon qui  n'a jamais été perdue de vue par ses suiveurs, les champions de la grande bourgeoisie internationale. Aujourd'hui encore...  (voir la suite)

     Michel J. Cuny